Ils sont également convenus de consolider la coopération Sud-Sud...

We have a duty toour people that cannot be put off

“We must advance with stronger steps each time towards the...

In his speech, Browne mentioned the work of the Cuban health staff...

783
776
774
772

Déclaration Finale de la Cinquième Réunion des ministres des Affaires étrangères de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et de Cuba

Nous, ministres des Affaires étrangères de la Communauté des Caraïbes (CARICOM) et de la République de Cuba, réunis à La Havane (Cuba) le 11 mars 2017 à notre Cinquième Réunion ministérielle CARICOM-Cuba, ainsi que dans le cadre du quarante-cinquième anniversaire de l’établissement des relations diplomatiques entre les États indépendants de la CARICOM et de Cuba et de la quinzième Journée CUBA-CARICOM,

Réaffirmant les déclarations des Sommets de La Havane (2002), de Bridgetown (2005), de Santiago de Cuba (2008), de Port of Spain (2011) et de La Havane (2014), et soulignant leur contribution au resserrement de nos rapports politiques et de coopération, dont atteste le niveau élevé qu’ils ont atteint entre nos pays ;

Reconnaissant le legs du commandant en chef Fidel Castro Ruz, de M. Patrick Manning, ancien Premier  ministre de Trinité-et-Tobago, et de M. René Préval, ancien President d’Haïti, à l’essor de relations solides basées sur l’amitié sincère, la coopération et la solidarité ;

Reconnaissant la nécessité de l’unité pour affronter les problèmes du développement durable, dont notre vulnérabilité en tant que pays caribéens et surtout en tant que Petits États insulaires en développement et des pays à zones côtière de faible élévation, notamment dans les domaines économique et environnemental, et pour construire des sociétés plus justes et plus équitables ;

Réaffirmant notre décision de renforcer la Communauté des États latino-américains et caribéens (CELAC) en tant que mécanisme de concertation politique en vue de promouvoir l’unité et les intérêts de notre région dans l’arène internationale et auprès de tiers ;

Ratifiant que les Caraïbes font partie intégrante de Notre Amérique et soulignant que la CARICOM a un  rôle à jouer dans l’intégration régionale ;

Décidés à maintenir et à renforcer le mécanisme CARICOM-Cuba, qui plonge de profondes racines dans l’histoire et reposent sur la solidarité, la coopération et la complémentarité,

1.    Réitérons notre respect inconditionnel et notre attachement total aux buts et principes de la Charte des Nations Unies et au droit international, notamment le respect de la souveraineté, de l’intégrité territoriale et de la non-ingérence dans les affaires intérieures des États, le règlement pacifique des différends et l’interdiction du recours à la force ou à la menace de la force, et réaffirmons notre attachement à la protection et à la promotion de tous les droits de l’homme pour tous dont nous soulignons l’interdépendance.

2.    Ratifions les dispositions de la Proclamation de l’Amérique latine et des Caraïbes comme Zone de paix (La Havane, janvier 2014), qui reconnaît, entre autres points, le droit inaliénable de tout État de choisir son système politique, économique, social et culturel.

3.    Décidons de continuer de mettre en œuvre les décisions des réunions des ministres des Affaires étrangères et des Sommets de chefs d’État ou de gouvernement de la CARICOM et de la République de Cuba en  tant que plate-forme permettant de resserrer la coordination dans le domaine politique et sur d’autres terrains.

4.    Reconnaissons le consensus dégagé entre la Communauté et Cuba en  vue de la signature du Deuxième Protocole de l’Accord de commerce et de coopération économique qui contribuera à renforcer nos relations.

5.    Réaffirmons l’importance de la participation active des pays caribéens à la CELAC en tant que contribution à l’unité régionale et en vue d’y promouvoir leurs priorités ; à cet égard, reconnaissons le rôle du président en exercice de la CARICOM au sein du Quartette de la CELAC en tant que représentant des intérêts de ses membres.

6.    Reconnaissons l’importance des mécanismes régionaux et sous-régionaux tels que la CELAC, l’AEC, la CARICOM, l’ALBA-TCP, PETROCARIBE, et d’autres de caractère international comme le BRICS, pour le développement économique et social des pays caribéens,

7.    Réaffirmons notre solidarité avec la République d’Haïti envers laquelle nous sentons une dette de gratitude historique, et nous engageons à continuer de promouvoir notre coopération conformément aux priorités dégagées par son gouvernement et dans le plein respect de sa souveraineté.

8.    Soulignons l’importance qu’il faut attribuer, en tant qu’acte de justice, aux réparations, dédommagements et indemnisations dus aux nations caribéennes pour les dommages infligés par l’esclavage, et, à cet égard, appuyons les travaux de la Commission de réparations de la Communauté des Caraïbes.

9.    Exprimons notre vive inquiétude devant le fait que des États membres de la CARICOM ont été inscrits sur la liste noire des États et territoires non coopératifs de l’Union européenne, et appelons à une révision de cette liste selon des critères objectifs et les engagements pris par les pays, conformément aux normes internationales reconnues

10.    Exprimons de même notre vive inquiétude devant la réduction progressive des partenariats bancaires avec les pays en développement, notamment les États membres de la CARICOM, compte tenu des actions de réduction des risques engagées récemment par certaines des plus grandes institutions bancaires internationales, ce qui menace la stabilité financière des pays concernés et limite les efforts qu’ils consentent pour assurer une croissance socio-économique soutenue et leur développement, et rejetons cette réduction.

11.    Soulignons que les changements climatiques et leurs retombées négatives sur nos sociétés, nos écosystèmes et nos économies exigent une action prioritaire urgente et mondiale. À cet égard, nous engageons à renforcer notre coopération au sein de la CARICOM et avec d’autres organismes et agences internationales en vue d’améliorer l’adaptation et l’atténuation dans nos pays, de renforcer notre résilience et de réduire notre vulnérabilité, en particulier en ce qui concerne les petits États insulaires en développement et les pays à zones côtières basses.

12.    Ratifions la nécessité de continuer de renforcer la coopération et les échanges d’expériences et de bonnes pratiques en ce qui concerne la gestion intégrale des risques de catastrophes dans les Caraïbes, en vue d’appuyer la mise en œuvre par les nations caribéennes du Cadre d’action de Sendai pour la réduction des risques de catastrophes 2015-2030 et la réalisation de tous ses objectifs, et de favoriser la réduction substantielle des risques de catastrophes et les pertes de vies, de moyens de subsistance et de santé, ainsi que celles de biens économiques, physiques, sociaux, culturels et environnementaux de personnes, d’entreprises, de communautés et de pays.

13.    Décidons de poursuivre notre coopération en matière de sécurité alimentaire, de nutrition et de développement agricole en tant que piliers fondamentaux de la lutte contre la pauvreté, dont les actions de mise en œuvre du Plan de la CELAC pour la sécurité alimentaire, la nutrition et l’élimination de la faim à l’horizon 2025 (SAN-CELAC).

14.    Réitérons l’appel à réviser et à modifier les critères de « gradation » utilisés actuellement pour l’octroi de l’Aide publique au développement (APD) de façon qu’ils reflètent dûment la réalité et les besoins concrets des pays surendettés à revenu intermédiaire, en particulier des États caribéens, et intègrent les différentes dimensions du développement durable incluses dans le Programme de développement d’ici à 2030.

15.    Réitérons notre attachement à la protection et à la conservation de l’environnement et à l’utilisation durable des ressources naturelles de la  région, notamment de celles de la mer des Caraïbes ; nous félicitons de ce que les Nations Unies aient déclaré celle-ci « Zone spéciale dans le contexte du développement durable » et appuyons le mandat de la Commission de la mer des Caraïbes définie par le Quatrième Sommet de la  CELAC en vue d’en promouvoir la préservation et l’utilisation durable. À cet égard, nous opposons fermement à ce que la mer des Caraïbes continue d’être utilisée comme région de transit et de transbordement de matériaux nucléaires et de déchets toxiques, et invitons instamment les pays qui les produisent et les transportent à mettre en œuvre d’urgence les mesures pertinentes pour mettre fin à ces activités.

16.    Réaffirmons notre engagement à promouvoir l’intégration énergétique de la région en tant que facteur clef du développement durable et à diversifier la structure énergétique de nos pays en vue d’utiliser toujours plus des sources d’énergie non polluantes, renouvelables et durables et à universaliser l’accès aux services énergétiques qui contribuent au bien-être de nos peuples.

17.    Mettons l’accent sur la culture comme un instrument significatif pour le développement  économique durable, l’unité, l’éducation et la compréhension mutuelle entre nos peuples, et décidons de contribuer au succès de CARIFIESTA XIII qui se tiendra à la Barbade du 17 au 27 août 2017.

18.    Reconnaissons la promotion du tourisme durable comme l’une des clefs de la croissance économique des Caraïbes conformément au Plan stratégique de la CARICOM 2015-2019, et décidons de resserrer la coopération dans ce domaine, multi-destinations comprises.

19.    Prenons note du fait que l’année 2017 a été proclamée Année internationale du tourisme durable pour le développement et de l’occasion qu’elle offre de créer un secteur touristique plus responsable et capable de tirer profit de son immense potentiel en termes de prospérité économique, d’inclusion sociale et de conservation de l’environnement. À cet égard, nous nous félicitons de la  tenue de la Conférence mondiale du tourisme à la Jamaïque en novembre 2017.

20.    Nous engageons à continuer de promouvoir des actions conjointes et des échanges d’expériences et d’informations en matière de sécurité, de prévention et de lutte contre la criminalité transnationale organisée et d’autres nouvelles menaces en rapport avec la cybersécurité et le trafic de drogues, entre autres.

21.    Nous félicitons des progrès enregistrés dans les relations entre les gouvernements de Cuba et des États-Unis d’Amérique ; réaffirmons notre appel aux États-Unis afin qu’ils lèvent sans conditions le blocus économique, commercial et financier qu’ils appliquent à Cuba depuis plus de cinq décennies et qui est contraire aux principes de la Charte des Nations Unies et au droit international ; réitérons notre vive inquiétude devant la dimension extraterritoriale du blocus et la traque dont font l’objet les transactions financières internationales de Cuba, et les rejetons ; réitérons notre rejet énergique de lois et mesures contraires au droit international, telle la loi Helms-Burton ; invitons instamment le président des États-Unis à utiliser ses vastes facultés exécutives pour modifier pour l’essentiel l’application de ce blocus et le Congrès de ce pays à travailler à sa levée.

22.    Exprimons notre inquiétude devant les torts sociaux, économiques et en matière d’emploi que provoque la déportation massive de migrants établis dans des pays n’appartenant pas à la région.

23.    Demandons instamment que les États d’accueil respectent les droits humains des migrants, notamment le principe selon lequel ceux-ci ne peuvent faire l’objet de détention ou de réclusion arbitraire, et les exhortons à faire en sorte que leurs politiques en matière de migration soient compatibles avec les obligations que leur impose le droit international, en particulier le respect de la dignité et des besoins de ces personnes en cas de rapatriement.

24.    Remercions le gouvernement et le peuple cubains pour leur bienvenue et leur hospitalité chaleureuses.

25.    Décidons que le Sixième Sommet CARICOM- Cuba se tiendra à Antigua-et-Barbuda le 8 décembre 2017.

Adoptée par la Cinquième Réunion des ministres des Affaires étrangères CARICOM-Cuba, le 11 mars 2017, à La Havane (Cuba).

(Cubaminrex)







 

Añadir nuevo comentario

Plain text

  • No se permiten etiquetas HTML.
  • Las direcciones de las páginas web y las de correo se convierten en enlaces automáticamente.
  • Saltos automáticos de líneas y de párrafos.

Participantes

Education - This is a contributing Drupal Theme
Design by WeebPal.